Archive pour le mot-clef ‘facebook’

Facebook admet moins retenir les ados

Samedi 2 novembre 2013

Facebook admet moins retenir les ados

Facebook a beau afficher des résultats brillants, avec un chiffre d’affaires qui a encore pris 60% au dernier trimestre, certains nuages commencent à sérieusement menacer la success story du réseau social.

En termes d’attractivité d’abord. Facebook a ainsi dû admettre une certaine désaffection des adolescents qui constituent l’essentiel de son trafic. L’engagement, c’est-à-dire le temps passé sur le site est en effet à la baisse, les ‘djeunes’, préférant passer plus de temps sur Twitter, Snapchat et autres Tumblr.

« L’usage de Facebook chez les adolescents américains a été dans l’ensemble stable entre le deuxième et le troisième trimestre, mais nous avons observé une baisse de l’usage quotidien, spécialement parmi les plus jeunes adolescents », a reconnu le directeur financier, David Ebersman, lors d’une téléconférence avec des analystes.

Facebook ne fait que confirmer différentes études qui arrivent à la même conclusion. Récemment, Piper Jaffray démontrait que les adolescents américains préfèrent désormais aller ‘socialiser’ ailleurs.

Lire le reste de cet article »

Facebook : un faux chèque cadeau Ikea piège 40 000 personnes

Lundi 12 avril 2010

Facebook est depuis peu l’hôte d’une nouvelle forme d’escroquerie. Vendredi 9 avril, une page proposant un bon de 1 000 dollars chez Ikea aurait piégé près de 40 000 personnes.

1 000 dollars d’achats offerts chez Ikea contre quelques informations, qui résisterait ? Pas les 40 000 utilisateurs de Facebook qui se sont empressés, vendredi dernier, de devenir fan d’une page proposant des bons pour une journée seulement.

La démarche est simple : adhérer à la page, inviter ses amis, donner ses informations (nom, adresse, date de naissance, numéro de téléphone…) sur un site externe et rejoindre deux offres marketing (dont Netflix, CreditReport ou VideoProfessor) pour recevoir un bon promotionnel.

Le piège étant que les coupons n’existent pas. Les informations sont, elles, bien enregistrées et revendues. Là est tout le principe du « scam », l’escroquerie par tromperie.
Sur les 40 000 personnes inscrites sur la page, il est impossible de déterminer combien ont fourni leurs informations au site tiers.

Le scam comme nouvelle tendance

Cet incident est le dernier d’une vague qui s’est richement illustrée ces dernières semaines. Ainsi, une première fraude quasi-similaire avait attiré pas moins de 70 000 utilisateurs fin mars. Début avril, c’était une offre pour un coupon de 500 dollars d’achats à Whole Foods qui avait été signalée.

Cette méthode d’escroquerie vient s’ajouter à d’autres, notamment le phishing de comptes et les faux utilisateurs qui fonctionnent sur le manque de vigilance des membres.

Pour Facebook, ces offres factices sont « un problème mineur ». Pourtant, le site de socialisation prétend avoir mis au point un système automatique de suppression de ces pages.

Le porte-parole Simon Axten l’assure, « [le site] supprime rapidement ces groupes et pages, dans beaucoup de cas avant qu’ils ne deviennent viraux ». Visiblement, le scam Ikea est passé entre les mailles du filet.

Divvyshot, site de partage de photos, disparaît après son rachat par Facebook

Mardi 6 avril 2010

Le géant des réseaux sociaux, Facebook, a racheté, pour un montant non communiqué, une startup fondée en 2009 proposant sur Internet un service de partage de photos : Divvyshot.

La petite société de San Francisco passe dans le giron de Facebook qui a acquis les actifs de Divvyshot pour une somme non communiquée. Le service de partage de photos Divvyshot permet notamment à plusieurs internautes de contribuer à un même album photos.

Première conséquence du rachat : Divvyshot n’autorise plus la création de nouveaux comptes. Le service ne disparaît cependant pas et restera provisoirement accessible aux utilisateurs existants. L’application iPhone de Divvyshot a été par ailleurs retirée de l’App Store.

Il s’agit bien d’une mort annoncée. La startup américaine a informé ses utilisateurs que les fonctionnalités seraient progressivement (et de manière sélective) désactivées au cours des prochaines semaines. Dans six semaines, les utilisateurs seront redirigés automatiquement vers Facebook.com.

Quant aux développeurs et fondateurs de Divvyshot, ils rejoindront Facebook et travailleront sur les évolutions du service Facebook Photos.

Les membres de Facebook plus fidèles avec les sites d’infos que les utilisateurs de Google News

Mardi 23 mars 2010

Selon un sondage réalisé par Hitwise auprès d’internautes américains, Facebook génère un taux de retour des lecteurs sur les sites d’information plus important que celui de Google News.

Après être devenu le site le plus visité aux Etats-Unis, Facebook bat Google dans un autre domaine, l’information. D’après un sondage réalisé par Hitwise, les visiteurs en provenance de Facebook.com qui consultent les sites d’actualité sont plus fidèles que ceux venant de Google News.

Hitwise a mesuré le taux de retour des internautes pendant la première semaine de mars auprès des cinq principaux sites Internet de grands journaux papier, ainsi qu’auprès des cinq principaux sites issus de chaînes en continue type CNN.

Taux de retour déterminant pour les annonceurs

Dans la première catégorie, 78% des visiteurs en provenance de Facebook.com étaient des visiteurs qui revenaient, contre 67% pour les visiteurs redirigés par Google News. Hitwise prend l’exemple du site de CNN où le taux de retour des visiteurs s’étant connectés depuis Facebook.com a atteint les 84% contre 72% pour Google News.

Un taux de retour déterminant aux yeux des annonceurs qui cherchent à la fois un volume mais surtout une qualité d’audience. La performance de Facebook dans ce domaine pourrait lui donner un avantage décisif sur Google. (Eureka Presse)

Comment le FBI traque ses suspects sur Facebook et Twitter

Mercredi 17 mars 2010

Selon un document publié par l’Electronic Frontier Fondation, les agents de police américains utilisent les réseaux sociaux pour collecter des informations dans le cadre de leurs enquêtes. Ils recourent même à de fausses identités pour approcher les suspects.

On savait déjà que les réseaux sociaux étaient une mine d’information pour quiconque veut espionner une personne. En l’occurrence, l’Electronic Frontier Fondation a pu se procurer un rapport détaillant les pratiques des agents de police fédéraux aux Etats-Unis.

Facebook, LinkedIn, MySpace, Twitter sont nommément cités comme sources d’information privilégiées. Ainsi apprend-on que Facebook se montre « coopératif pour les demandes urgentes » tandis que Twitter « ne conservera pas de données sans procédure judiciaire ». Les agents fédéraux collectent des informations dans le cadre de leurs enquêtes afin, par exemple, de vérifier un alibi en comparant les déclarations d’un suspect avec des messages qu’il a pu poster sur Twitter. Les photos peuvent aussi trahir certains malfaiteurs.

Le FBI au-dessus des lois ?

Ainsi le Huffington Post cite-t-il l’exemple d’un homme poursuivi pour fraude bancaire aux Etats-Unis qui avait fui au Mexique et postait des messages et des clichés sur Facebook pour raconter la belle vie qu’il menait. Les agents fédéraux ont réussi à le retrouver grâce à ces informations et demandé son extradition. Il arrive aussi fréquemment que les policiers évoluent sous une fausse identité pour mieux surveiller leur cible. Des pratiques jugées pourtant illégales par le Département de la justice.

En 2008, une mère de famille avait été poursuivie pour s’être servie d’une fausse identité sur MySpace pour harceler une camarade de classe de sa fille qui s’était finalement suicidée. Les agents fédéraux sont eux visiblement au-dessus de la loi. (Eureka Presse)