Report du procès du créateur du site Emule Paradise

23 mars 2010

La défense de Vincent Valade a obtenu un report de l’audience à septembre prochain. Le créateur d’eMule Paradise est soupçonné d’avoir favorisé le téléchargement de plus de 7000 films piratés entre 2005 et 2006, et engrangé plus de 400 000 euros de revenus publicitaires.

Coup de théâtre au procès de Vincent Valade, animateur du site Emule Paradise. Alors qu’il devait débuter ce lundi, le procès a finalement été reporté aux 13, 14 et 15 septembre prochains.

Dès l’ouverture des débats, les avocats de plusieurs prévenus ont demandé à la 31e chambre le renvoi de l’affaire, estimant n’avoir pas disposé de suffisamment de temps pour préparer leur défense. Une demande acceptée par le tribunal.

Agé de 20 ans au moment des faits, Vincent Valade est accusé d’avoir permis le téléchargement illégal de 7 113 films entre 2005 et 2006. Universal, Galatée Films, Pathé Renn, ainsi que l’humoriste Jean-Yves Lafesse se sont portés parties civiles au procès.

Liens et pas fichiers

A l’époque des faits, Emule Paradise pouvait dépasser les 300 000 visiteurs par jour. Rappelons néanmoins que le site proposait uniquement des liens de téléchargement (pour Emule) et non des contenus à télécharger directement.

Aucun contenu illicite n’a été retrouvé sur les serveurs du prévenu, les magistrats devront donc dire si la mise en ligne de liens pointant vers des contenus illégaux s’apparente bel et bien à de la contrefaçon.

Le jeune homme aurait tiré de substantiels revenus publicitaires que les enquêteurs évaluent à 416 000 euros. Des sommes transférées sur des comptes à Chypre et au Belize.

D’ailleurs, la régie publicitaire Net Avenir avec laquelle il avait passé un accord est également poursuivie.

Selon Le Parisien qui a révélé l’affaire, Net Avenir affirme n’« avoir contribué à générer qu’une partie très minoritaire des revenus publicitaires du site ».