Quelles prévisions de ventes pour l’iPad d’Apple ?

3 avril 2010
A quelques heures du lancement de l’iPad aux Etats-Unis, la pression monte du côté d’Apple. Ce nouveau produit, au positionnement hybride, qui tente de créer un nouveau segment de marché, dépassera-t-il le stade de la curiosité et de l’effet de mode ?Pour les analystes américains, la réponse est oui, même si les chiffres avancés sont quelque peu hétérogènes. Le cabinet Berstein table sur 300 000 unités écoulées lors du lancement et 2,2 millions d’ici la fin de l’exercice fiscal d’Apple.

De son côté, Barclays estime que la pomme vendra 5 millions de tablettes d’ici la fin septembre tandis que Morgan Stanley est encore plus optimiste, avançant le chiffre de 6 millions d’unités vendues à la même date.

Enfin,  iSuppli, table sur 7 millions d’unités pour 2010 et plus de 20 millions en 2012 !

Etudes contradictoires

A 500 dollars minimum, on imagine alors le chiffre d’affaires pour Apple qui pourrait alors, une fois encore, battre ses records trimestriels. Rappelons que plus de 120 000 pré-commandes ont déjà été enregistrées, soit 75 millions de dollars de recettes… Par ailleurs, selon les estimations d’iSuppli, le coût de fabrication de la tablette serait en moyenne plus deux fois inférieures au prix de vente.

Néanmoins, d’autres études sont un peu moins souriantes.

AdMob, la régie publicitaire sur mobiles (rachetée par Google), a interrogé 963 possesseurs d’iPhone (244 personnes), d’iPod Touch (356), de smartphones sous Android (318) et WebOS (45) pour connaître leurs intentions d’acheter ou pas un iPad.

Contre toute attente, seulement 16% des personnes possédant un iPhone se laisseraient tenter par la tablette d’Apple. Le pourcentage tombe à 11% pour les utilisateurs de terminaux sous WebOS et 6% pour ceux ayant choisi un smartphone Android.

Bien qu’il ne s’agisse que d’un sondage (réalisé dans des pays anglophones par une filiale de Google, nouvel ennemi juré d’Apple…), il démontre que l’iPad n’a pas le même pouvoir d’attraction que d’autres produits marqués du sceau de la pomme.

Une tendance confirmée par un autre sondage réalisé aux Etats-Unis par le site marchand Retrevo, dans lequel 52% des 1 000 personnes interrogées ont indiqué qu’elles n’achèteraient pas l’iPad.

« 52% de personnes indiquant qu’ils n’achèteront pas l’iPad est un résultat qui peut constituer une déception au vu du buzz généré par Apple. Cela s’explique peut-être par le fait que ce produit n’apporte pas de rupture technologique majeure, comme l’iPhone par exemple », commente un distributeur américain.

Cependant, ces résultats sont contredits par d’autres sondages. Selon une étude menée cette fois en France auprès de 1 000 internautes par l’institut GfK, 73% des personnes ayant entendu parler de l’appareil se disent prêts à l’acheter. La proportion est encore plus élevée chez les possesseurs de produits Apple (de 89 à 96%).

« Sans surprise, ce sont d’abord les foyers équipés de produit Apple qui démontrent la plus forte intention d’achat du iPad (89% d’intention d’achat dont 28% de « Oui, certainement ». Les foyers pluri-équipés Apple montent à 96% d’intention d’achat, dont 63% d’intention ferme » commente Alexis Helcmanocki, Directeur du Pôle Telecom, IT & Consumer Electronics chez GfK Custom Research France.

L’institut d’études table ainsi sur 400 000 à 450 000 tablettes vendues en France en 2010

Reste qu’Apple est tout à fait conscient des difficultés à estimer le succès, ou non, de son dernier bébé. Avec un produit au positionnement novateur et destiné à une utilisation plutôt domotique, la firme ne table pas sur des ventes massives telles qu’on les observe pour l’iPhone par exemple.

Mais la pomme espère que son iPad constituera un levier pour son écosystème en se plaçant au milieu de sa gamme de produits. « Paradoxalement, les grand gagnants dans l’immédiat sont avant tout les deux gammes en croissance d’Apple, à savoir ses ordinateurs (iMac et portables sont de très gros succès) et les appareils basés sur l’iPhone OS (iPod touch et bien sur iPhone). Les retombées en termes d’image qu’un iPad pourra avoir sur les autres lignes de produits sont inestimables. », expliquait à ZDNet.fr, Julien Theys, analyste pour Screen Digest.