WordPress :L’optimisation, pour quoi ?

8 mars 2010

Economiser de la ressource
Sur le même serveur/hébergement mutualisé qui peut servir 1000 visiteurs par jour avec un WordPress par défaut, vous pourrez servir 10 000 visiteurs avec un WordPress optimisé.
(chiffres arbitraires, mais l’ordre de grandeur est constaté en situation réelle).

Un mutualisé coute 10 EUR par mois, un dédié 100 EUR.
Un dédié d’entrée de gamme 50 EUR, un haut de gamme 200 EUR.
Sur un même dédié, vous pouvez héberger trois WordPress par défaut (moyen trafic) ou trente WordPress optimisés (moyen trafic)

Servir tous vos visiteurs
Quand les ressources ne suivent plus, vos visiteurs ne voient plus votre site, mais recoivent une page d’erreur (500, 404, ou autres selon les hébergeurs).
On a beau se consoler en se disant que le site progresse, que les ralentissements sont un petit à coté, on se dit quand meme que +30% de trafic par mois, c’est mieux que +10 %.

Et puisque le back office et le front office sont généralement sur le même hébergement, songez qu’en périodes de fêtes/commandes, sur un site de ecommerce, le back office (gestion des commandes) ralentit au moment même ou le gestionnaire de la boutique l’utilise le plus…

Anticiper les montées de trafic et les coups de buzz
Vous servez 1 500 visiteurs par jour, votre pack mutualisé tient le coup.
Vous servez 10 000 visiteurs par jour sur un dédié, le load average tient de 0.8 à 2.
Vous vous pensez à l’abri.

Un gros lien, un forum US, un email qui circule, un coup de digg-like, et vous avez 20 000 visiteurs dans les deux heures. Le serveur explose, la moitié des visiteurs ne verra pas votre site.

Vous venez de perdre 200 abonnés à votre flux RSS.
Les sites de vos clients hébergés sur le même serveur viennent de prendre 4 heures d’indisponibilité. Pire encore, c’est le site du client qui a pris un coup de buzz, et c’est 80 commandes que vous venez de lui faire perdre.
Vous avez une bonne assurance ?

Chiffres déjà constatés en situation réelle :

  • Les mails des visiteurs (« envoyez cette page à un ami» ) qui apportent 5 à 10 000 visiteurs dans la journée.
  • Un site qui prend +100% par semaine pendant 3 mois, et passe de 1 000 visiteurs jours à 100 000 visiteurs
  • Un lien qui apporte 20 000 visiteurs dans l’heure
  • Un buzz qui apporte 50 000 visiteurs dans la journée
  • Un seul lien qui amène 9 millions de visiteurs en 2 heures

Google : bientôt l’indexation en temps réel

8 mars 2010

Le blog américain ReadWriteWeb rapporte que Google serait en train de travailler sur un dispositif capable d’indexer en quelques secondes le contenu soumis par les éditeurs. Pour cela la firme de Mountain View s’appuierait sur la technologie open source de PubSubHubbub.

Basé sur les protocoles Atom/RSS, PubSubHubbub permet de dynamiser un flux d’informations en mettant ce dernier à jour dès que possible. Pour faire simple PubSubHubbub est au flux RSS ce que le Push est au courrier électronique. Pour ce faire l’éditeur de contenu doit créer un noyau central (un « hub ») sur lequel le contenu sera rafraîchi en temps réel. Ce hub sera chargé d’envoyer une notification au flux RSS, lequel se mettra donc à jour quasi-instantanément. Plusieurs sites Internet sont déjà dotés de PubSubHubbub tels que Twitter, les blogs WordPress ou encore Google Reader.

En matière d’indexation, Google devrait donc faire en sorte que chaque éditeur soit doté de la technologie c’est-à-dire en déclarant leurs hubs respectifs. Si ce dispositif ne remplacerait par l’indexation classique, cela permettrait aux magazines ainsi qu’aux petits blogs d’être plus rapidement visibles au sein du moteur de recherche.

Brett Slatkin, ingénieurs chez Google et principal développeur de PubSubHubbub déclare : « Mes supérieurs me demandent de promouvoir cette technologie ouverte même auprès de nos concurrents ». Cela signifie donc que ce protocole devrait également trouver sa place sur les autres moteurs de recherche.

Internet, troisième source d’information des Américains

1 mars 2010
Internet constitue la troisième source d’information des Américains, derrière les chaînes de télévision locales et les chaînes nationales, selon un sondage d’un institut américain dont les résultats ont été diffusés lundi.

Les enquêteurs du Centre de recherche Pew ont demandé à 2.259 Américains d’âge adulte de leur dire par quels moyens ils s’informent. Quelque 78% d’entre eux ont expliqué qu’ils regardaient une chaîne locale au moins une fois par jour.

Les chaînes nationales, telles CNN ou CBS, arrivent en deuxième position avec 73%.

Enfin, 61% des Américains disent s’informer grâce à internet. Les personnes interrogées citent notamment les pages de Google News, d’AOL, de CNN ou encore de la BBC comme sources principales d’information.

Par ailleurs, ils sont 50% à lire un quotidien local et 17% à lire un quotidien national, comme le New York Times ou USA Today.   En outre, 92% des sondés assurent combiner plusieurs sources (télévision, journaux, internet…) pour se tenir informés.

Le choix du navigateur en mise à jour

27 février 2010

Comme prévu, Microsoft vient de mettre en ligne une mise à jour pour ses systèmes d’exploitation Windows (Windows XP, Windows Vista, Windows 7) permettant de sélectionner la navigateur Internet par défaut. Annoncée il y a maintenant presque une année, cette mise à jour est proposée par Windows Update comme une mise à jour importante mais elle n’est pas cochée par défaut.

Son installation nécessite un redémarrage, et entraîne la suppression de-facto de l’icône Internet Explorer de la barre des tâches Windows. S’en suit un écran de choix affichant les différents navigateurs Internet du marché, dans un ordre aléatoire. L’utilisateur peut donc télécharger et installer un navigateur Internet au choix parmi Safari, Chrome, Opera, Firefox ainsi que d’autres navigateurs moins connus.

La Commission européenne ouvre une enquête sur Google

27 février 2010

La Commission européenne ouvre une enquête sur Google

Le numéro un mondial des moteurs de recherche vient d’annoncer qu’il faisait l’objet d’une enquête diligentée par la Commission européenne suite à des plaintes déposées par trois acteurs du monde Internet pour abus de position dominante dans le domaine de la recherche en ligne. Sur l’un de ses blogs, Google assure que son succès a toujours été bâti sur des bases saines, sans jamais modifier ses outils pour désavantager tel ou tel de ses concurrents.

Les plaintes émaneraient de trois acteurs européens : le comparateur de prix britannique Foundem, le moteur de recherche français, spécialisé dans le droit, ejustice.fr, ainsi que le comparateur de prix Ciao, racheté par Microsoft en août 2008.

D’après Google, Foundem et ejustice.fr l’accuseraient d’avoir dégradé la position de leurs contenus dans ses pages de résultat parce qu’ils entrent en concurrence avec ses propres produits. La plainte émise par Ciao concernerait quant à elle les conditions d’utilisation des services publicitaires de Google. La procédure engagée à Bruxelles fait suite au dépôt d’une première plainte en Allemagne, en janvier dernier. Ciao indiquait alors chercher, sans succès, à mettre fin à un contrat, signé avec Google avant d’être racheté par Microsoft, l’obligeant à afficher des publicités AdSense.