Les loisirs et la presse vont stocker dix fois plus en six ans

2 avril 2010

L’industrie des médias et loisirs numériques consommera 47,3 Peta-octets de stockage en 2015 contre 4,1 Po l’an passé. En valeur cependant, les recettes devraient être multiplié par quatre « seulement », passant de 415 Millions de dollars à 1,642 Milliard de dollars entre 2009 et 2015. Ces prévisions, du cabinet Coughlin Associates, confirment le rôle majeur des technologies numériques dans les métiers – de plus en plus proches – du jeu et des médias. Ils soulignent aussi le tassement de prix des solutions, à mesure que leur capacité augmente.

La Haute Définition et les contenus 3D sont à l’origine de ce brusque engouement. La captation de contenus, la post-production, l’archivage de programmes audio-visuels et interactifs feront l’objet, selon les experts, d’un appétit croissant pour les technologies de stockage en réseau. De nouvelles technologies – comme les cartes SDHC ou les disques SSD – bousculent la hiérarchisation des supports de stockage. Mais, si le besoin en volumétrie de cette industrie décuple en cinq ans, les livraisons annuelles pourraient être multipliées par 12 en réalité.
En 2009, la bande magnétique représentait encore 86% du total des supports livrés, 10% du stockage étant concentré sur des disques durs, 4% sur des disques optiques et 0,3% sur des mémoires flash. D’ici à la fin 2015, le lent déclin de la bande, à 83%, surprend moins que celui des supports optiques à 2%. Il s’effectuera au profit des disques durs – qui devraient passer à 14% – et des mémoires flash, sensées doubler pour atteindre 0.6%.