Les Français ne veulent pas payer pour les contenus

19 mars 2010

Mauvaise nouvelle pour les éditeurs. Selon Gfk, seulement 8% des internautes français se disent prêts à payer pour accéder à des informations ou à des contenus, soit un des plus mauvais résultats des pays étudiés.

A l’heure où les éditeurs de presse tentent de rendre payants leurs contenus sur Internet afin de sortir la tête hors de l’eau, une étude de Gfk (menée sur 16 800 personnes) montre que le défi est loin d’être gagné, notamment en France.

En effet, les tentatives de sortir du modèle 100% gratuit par la publicité risquent de se heurter à un écueil de taille. Les internautes français, qui ont grandit avec la notion de gratuité, ne sont pas prêts à mettre la main à la poche pour lire un article, accéder à un contenus, ou visionner une émission.

Selon l’étude, seulement 7% des internautes interrogés se disent prêts à payer pour des contenus sans publicité et 1% pour des contenus avec publicité et ce malgré « les coûts que doivent assumer les éditeurs de ces sites ».

« Internet, c’est gratuit! »

Nos concitoyens sont très attachés au modèle gratuit puisque 39% d’entre eux estiment que tous les contenus doivent être gratuits et financés par la publicité. Pire, 50% des sondés pensent que tous les contenus doivent être gratuits et diffusés sans publicité !

« La France est le pays qui souffre le plus du mythe de la gratuité d’internet », analyse Alexis Helcmanocki, Directeur du Pôle Telecom, IT & Consumer Electronics chez GfK. « Là où d’autres pays, USA et Europe du Nord en tête, ont su expliquer à leurs opinions publiques que Internet était un nouvel accès à l’information et aux contenus, mais pas un nouvel écosystème, la France n’a pas su faire passer le message à ses internautes. Devant les échecs des offres payantes, les éditeurs ont massivement basculé sur des modèles gratuits qui restent gravés dans l’inconscient collectif Français : internet, c’est gratuit ! ».

Sur l’acceptation du payant (avec publicité), la France arrive ainsi en dernière place des 17 pays observés par Gfk.  En comparaison, les Anglais et les Suédois acceptent à plus de 20% de payer pour ces contenus et informations.

Mais globalement, en Europe et aux Etats-Unis, seulement 13% des internautes acceptant de payer pour accéder à des contenus.