Juniper s’amuse de la promesse de Cisco de changer l’Internet

16 mars 2010

Juniper salue avec ironie l’arrivée de son concurrent dans le club des 100 Gigabits, contestant ainsi le titre de précurseur que s’est attribué Cisco le 9 mars. Le constructeur conteste également les débits, bien théoriques, mis en avant par Cisco avec la sortie du routeur CRS-3.

Entre concurrents, les piques et autres sarcasmes sont fréquents. Le grand rival de Cisco dans les réseaux, Juniper, n’a donc pas manqué de moquer les promesses grandiloquentes de Cisco de changer à jamais l’Internet.

Au risque de décevoir, Cisco n’a pas hésité à promettre la Lune le 8 mars pour finalement présenter un routeur, le CRS-3, le lendemain. Pour le géant des réseaux, l’opération est cependant réussie (même si on peut critiquer la méthode employée pour cela).

Juniper disposera du 250 Gb/s quand Cisco se hissera à 140 Gb/s

Son annonce fait la une. Il est bien rare que l’actualité des routeurs pour opérateurs s’invite dans les colonnes de la presse. Pour Juniper, il n’y a pourtant pas de quoi fouetter un chat. Pour le démontrer, le constructeur a décortiqué l’annonce de son rival et relativisé sa portée.

Selon Juniper, Cisco serait même un peu coupable de plagiat puisque sa promesse d’un Internet nouvelle génération arrive 4 mois après la présentation par Juniper de son « Nouveau Réseau ». Le fabricant ironise donc : « Nous sommes ravis d’accueillir Cisco dans le club des 100 Gigabits ! » (Ndlr : débit par slot ou par emplacement de carte réseau).

Juniper revendique ainsi offrir du 100 Gb depuis 2007 via sa technologie T1600. Avec son annonce d’octobre 2009, il promet désormais le 250 Gb par slot, soit au total 4 térabits par seconde sur un demi-châssis. A titre de comparaison, le CRS-3 de Cisco correspondrait à 140Gb par slot, soit 4,4 térabits, mais sur un châssis complet.

Juniper met en avant son ouverture logicielle face au propriétaire de Cisco

Quant aux 322 térabits de capacité totale promis par Cisco, ils sont également contestés par Juniper. Cette valeur est en effet surtout théorique et implique d’interconnecter 72 châssis CRS-3 (ce qui dans les faits, pour des questions d’espace, de consommation et d’administration, serait difficilement envisageable selon Juniper).

Enfin si Cisco met en avant son premier client (pour le moment beta-testeur) AT&T, Juniper dégaine lui deux références : Verizon (qui a testé le 100Gbps sur une distance équivalent à près de 1520kms) et Telia Sonera, un opérateur suédois qui s’est doté des routeurs Juniper TX Matrix Plus.

Malgré ses contre-arguments, Juniper fait une concession à Cisco… ou presque :

« Les ténors du marché sont en phase et s’accordent sur la nécessité de changer l’Internet et le Réseau. Cependant leurs vues divergent sur la vision et la mise en oeuvre. L’approche de Cisco consiste à proposer des « box » propriétaires de plus en plus puissantes, tandis que Juniper s’appuie sur ses innovations en matière de silicium et de systèmes pour proposer une plateforme logicielle ouverte et un écosystème de partenaires. »