Israël lève l’interdiction d’importation sur l’iPad

26 avril 2010

Tout voyageur pénétrant sur le territoire israélien ne se verra plus confisquer son iPad, après la levée de l’embargo par le gouvernement.

Le ministère israélien de la Communication a mis fin samedi 24 avril à l’interdiction d’importer l’iPad dans le pays.

Quelques jours après le lancement de la tablette Apple aux Etats-Unis, une vingtaine d’iPad rapportés par des voyageurs avaient été confisqués à l’aéroport de Tel Aviv et mis sous consigne. L’argument officiel invoqué était technique : la norme WiFi utilisée par cette version de l’iPad ne correspondait pas au standard européen adopté par Israël. D’où un risque de perturber le fonctionnement des réseaux sans fil locaux et notamment ceux des installations militaires.

Un iPad par personne

Après des consultations avec Apple et des laboratoires indépendants, le ministère a finalement levé son veto. Depuis hier, les voyageurs ont le droit d’importer un iPad par personne.

Mais cette affaire a suscité une certaine perplexité sur les véritables raisons de ce boycott. Le journaliste Aharon Etengoff de TGDaily rappelle opportunément que le distributeur d’Apple en Israel, iDigital, est dirigé par le fils du président Shimon Peres. Il laisse entendre que cette société aurait pu voir d’un mauvais oeil le développement d’un circuit parallèle, synonyme de manque à gagner.

Car si l’iPad arrivera bien fin mai en Europe, Israel fait partie des pays de la troisième tranche définie par Apple. Ce qui veut dire qu’iDigital ne sait pas encore quand il pourra importer l’iPad officiellement. Y-a-t-il eu alors des pressions pour limiter les entrées parallèles et préserver les intérêts de cette société ? (Eureka Presse)