Adobe intègre enfin un système de mise à jour pour Reader et Acrobat

10 avril 2010

Adobe réagit enfin à la multiplication des problèmes de sécurité dans Reader et Acrobat en proposant à partir du 13 avril un système automatisant le téléchargement et l’installation des mises à jour. Adobe profitera de cette nouveauté pour corriger des failles.

Les derniers mois n’ont pas été tendres pour Adobe qui a dû corriger de multiples vulnérabilités dans ses applications (29 rien qu’en octobre 2009), notamment Reader et Acrobat. Si l’éditeur développait des correctifs, encore fallait-il que les utilisateurs en soient informés et téléchargent les mises à jour.

Depuis six mois, Adobe teste donc un système de mise à jour intégré à ses logiciels, à la manière de ce que fait Microsoft avec Windows Update, ou Mozilla et Google dans leur navigateur respectif. Le 13 avril, cette fonctionnalité entrera en production.

Trois modes possibles pour les mises à jour

Ce module de mise à jour sera d’ailleurs mis à contribution dès le premier jour puisqu’il servira à diffuser des correctifs critiques de sécurité (sur lesquels aucun détail n’a été apporté).
Les patchs concerneront Adobe Reader 9.3.1 (Windows, Mac, Unix), Acrobat 9.3.1 (Windows et Mac), Reader 8.2.1 et Acrobat 8.2.1 pour Windows et Mac.

En ce qui concerne l’intégration de la gestion des mise à jour dans les logiciels d’Adobe, elle sera configurable selon trois modes. Le système s’apparente à celui de Windows Update avec une installation automatique, un téléchargement automatique mais une installation après validation, et enfin un mode bloquant l’automatisation des MAJ.

Pour ce qui est de son plugin Flash pour les navigateurs, Adobe se repose sur des tiers. Ainsi sur Chrome, grâce à l’intégration avec le logiciel, les mises à jour sont effectuées automatiquement via le module Update de Google.

Dans Firefox, Mozilla propose depuis plusieurs mois une sensibilisation des utilisateurs. Ces derniers peuvent tester la fraicheur de leurs plugins. Pour autant, la mise à jour demeure manuelle et à l’initiative de l’internaute.