26 millions de Mexicains bientôt sans téléphone portable ?

12 avril 2010

En ne s’enregistrant pas à temps dans le Registre national des utilisateurs de téléphones mobiles, 31% des utilisateurs mexicains pourraient voir leur ligne coupée.

La lutte contre le crime va-t-elle un peu trop loin ? En créant le Registre national des utilisateurs de téléphones mobiles (Renaut) en avril 2009, le gouvernement mexicain a voulu limiter leur utilisation dans les actes criminels dont le nombre a explosé en 2008, les enlèvements notamment. Il a laissé un an aux abonnés de téléphones mobiles pour s’y inscrire.

Le registre vise à associer chaque ligne mobile une personne, via son numéro de Sécurité sociale afin de repérer les utilisations criminelles.  Ainsi, toutes les lignes non-répertoriées à la date-butoir seront donc suspendues.

Pour encourager l’inscription, des spots TV et radios ainsi qu’une procédure d’enregistrement par SMS ont été mis en place. Mais samedi 10 avril à minuit, seuls 69% des téléphones mobiles étaient enregistrés, beaucoup à la dernière minute, selon la Commission fédérale des télécommunications (Cofetel). La veille, le Sénat a refusé d’étendre le temps d’enregistrement. Des millions de demandes seraient encore en instance de traitement.

Sur les 83 millions de téléphones que compte le pays, 26 millions sont donc « hors-la-loi », soit 31% du parc total de téléphones mobiles théoriquement inutilisables.

Une mesure dénoncée et peut-être non suivie

Une marche forcée qui ne plait pas au numéro un America Movil, détenteur de 71% du marché. Vendredi 9 avril, son responsable des relations institutionnelles a rappelé au Sénat que « les téléphones portables sont le seul moyen de communication de beaucoup de Mexicains ».

Telefónica Movistar, le second opérateur du pays, avec 20% des utilisateurs, promet de maintenir « le service de voix, SMS et données pour ses clients ». Pour la société, les télécommunications sont un service d’intérêt public protégé par la Constitution.

Les analystes estiment que les autres opérateurs prendront le même chemin. Reste que le gouvernement menace de sanctions lourdes tout opérateur contrevenant à cette loi.

Si ces lignes venaient à être coupées, ce qui à ce jour n’est pas encore fait, America Movil pourrait perdre jusqu’à 10 millions de dollars par jour. Des chiffres qu’on imagine proportionnels pour ses homologues.

La grogne monte aussi chez les abonnés. L’association de défense des consommateurs Al Consumidor attaque la Cofetel et les opérateurs. Elle dénonce une loi contraire au droit des consommateurs favorisant les intérêts privés.

L’association annonce avoir reçu dimanche 74 pétitions de tout le pays. Des centaines d’usagers auraient même enregistré leur téléphone avec le nom du président en signe de protestation.