Archive pour mars 2010

Linux sur la console PS3, c’est fini a décidé Sony

Lundi 29 mars 2010

La version 3.21 du firmware de la PS3 retirera la possibilité d’installer un OS tiers et supprimera les partitions sous Linux ainsi configurées. Les utilisateurs qui refuseront la mise à jour n’auront plus accès à certaines fonctions, dont le PlayStation Network.

Le 1er avril, Sony diffusera une mise à jour du firmware de sa console de jeu, la PS3. Particularité notable de la version 3.21 du firmware : elle n’autorisera plus l’installation sur la PS3 d’un système d’exploitation tiers comme Linux.

Fonctionnalité présente dès les origines de la PS3, elle va désormais disparaître a décidé le constructeur japonais. Raison invoquée : la sécurité (sans plus de détails de la part de Sony).
L’option « installer un autre OS » qui permettait ainsi de créer une partition sous Linux sur la PS3 ne sera plus disponible à partir du 1er avril pour les utilisateurs qui accepteront d’installer la nouvelle version du firmware.

Une mise à jour plus ou moins contrainte pour les clients de Sony

La partition sous Linux configurée sur la PS3 sera par ailleurs supprimée. La console ne pourra dès lors plus être exploitée comme un ordinateur de salon. Les possesseurs de la PS3 ont naturellement toujours le choix de refuser d’installer cette mise à jour logicielle officielle.

Cependant, pour les récalcitrants, les contreparties ne seront pas anodines. Dans un communiqué, Sony prévient en effet que les utilisateurs n’auront plus le droit de se connecter au PlayStation Network, perdant ainsi de multiples fonctionnalités en ligne.

Les fichiers avec DRM enregistrés sur le disque dur de la PS3 ne pourront plus être lus. Il en ira de même pour certains jeux et les vidéos sur disques Blu-ray. En sommes, à défaut de mise à jour, la PS3 se trouvera amputée de la majeure partie de ses fonctions.

L’installation d’un OS tiers ne faisait déjà plus partie des fonctionnalités offertes par Sony dans le modèle Slim de la PS3. Sur la console rivale de Microsoft, la Xbox 360, c’est une faille qui permettait d’installer Linux. L’éditeur avait dès 2007 diffusé une mise à jour pour l’interdire.

L’offre SUN passe le cap des 300 000 logements et la fibre débarque en Rhône-Alpes

Lundi 29 mars 2010

Le câblo-opérateur fait le point sur ses offres sociales et sur le déploiement de son réseau fibre optique FTTB qui dépasse désormais les 200 000 abonnés.

Après le couac autour de son offre triple-play à 19,90 euros par mois, Numericable entend faire oublier cet incident et fait part de ses succès dans l’Internet social et dans la fibre optique.

Le câblo-opérateur annonce en effet que son offre SUN (service unique numérique) dédiée aux bailleurs sociaux vient de passer le cap des 300 000 logements connectés.

Cette offre est proposée aux gestionnaires d’immeubles collectifs, sans période d’engagement pour le locataire, ni frais ou indemnités de résiliation. Le coût mensuel s’élève à environ 4 euros par mois et est intégré dans les charges locatives du résident.

Elle inclut un accès haut débit à 2 Mb/s, une ligne téléphonique (réception des appels et appels sortants vers numéros d’urgence) et 48 chaînes de télévision.

Au cours des dernières semaines, plusieurs ensembles locatifs ont en effet signé avec Numericable : Habitat Marseille Provence (raccordement de 15 000 logements, Versailles Habitat (raccordement de 4 400 logements) et Office 64 de l’Habitat (raccordement de 1 000 logements au Service Antenne).

220 000 abonnés FTTB

Rappelons que Numericable a également lancé il y a quelques mois un forfait social triple play à 9,99 euros par mois. Il comprend un accès Internet haut débit 2 mégabits, la téléphonie illimitée en France métropolitaine ainsi que 60 chaines de télévision dont celles de la TNT.

Pour pouvoir souscrire à cette offre, il faut être soit bénéficiaire du revenu de solidarité active (RSA) soit de l’allocation adulte handicapé. Seconde condition, habiter un logement bénéficiant du service Numéricable et du contrat SUN.

Concrètement, le forfait sera subventionné à hauteur de 4,21 euros par mois et par abonné, qui seront versés à Numericable par le fonds de service universel géré par la Caisse des dépôts.

Mais sur ce point, Numericable ne précise pas le nombre d’abonnés ayant souscrit à cette offre lancée cet été.

Dans le même temps, le groupe annonce que son réseau en fibre optique est désormais accessible à 240 000 foyers câblés en Rhône-Alpes, dépendant de l’Etablissement Rhodanien des Autoroutes de l’Information (EPARI).

Cela concerne 279 communes dans le cadre du contrat liant Numericable au conseil général du Rhône. Le réseau est alimenté par 7 têtes de réseau et fédéré par une boucle optique de 280 km de long.

Les opérateurs alternatifs pourront eux aussi utiliser ce réseau. Rappelons qu’Auchan, Darty ou encore Bouygues Telecom louent le réseau fibre de Numericable.

Ce dernier consolide ainsi un peu plus sa domination dans le marché de la fibre. Rappelons que sur 290 000 abonnements fibre en France, 220 000 correspondent à des offres Numericable. L’opérateur utilise la technologie FTTB (fibre jusqu’à l’immeuble, le reste de la liaison se faisant par câble) tandis que ses concurrents exploitent le FTTH qui va jusqu’à l’abonné.

Albert Gonzalez, un pirate informatique, écope de 20 ans de prison

Lundi 29 mars 2010

Albert Gonzalez a été condamné à une lourde peine de prison pour son rôle dans différents vols de données bancaires aux Etats-Unis : 40 millions de numéros volés dans les magasins TJX et 130 millions dans les systèmes d’Heartland Payment.

Le 25 mars, un tribunal américain a condamné Albert Gonzalez à purger une peine de prison de 20 ans et un jour, ainsi qu’à 25.000 dollars d’amende pour les piratages informatiques de chaînes de magasins et Heartland Payment, une société de paiements.

Le procureur d’un tribunal de Boston aux Etats-Unis souhaitait une peine exemplaire afin de décourager les pirates de ce type de malversations. Albert Gonzalez, pour sa participation dans différents piratages, et notamment celui de TJX (40 millions de numéros de cartes bancaires dérobés et 200 millions de dollars de pertes), a été condamné à 20 ans de prison.

11 personnes inculpées dans le piratage de TJX

TJX est une chaîne de magasins. Pendant près de 18 mois, à partir de 2005, le pirate et ses acolytes avaient illégalement pénétré dans le système d’information de magasins grâce notamment à une faiblesse dans la sécurité du réseau Wi-Fi et des serveurs.

L’homme de 28 ans était également poursuivi pour le piratage de la société de paiements Heartland Payment Systems. Avec deux associés d’origine russe, le pirate avait pu accéder à 130 millions de coordonnées bancaires.

Selon la presse américaine, Albert Gonzalez avait déjà été appréhendé par les autorités en 2003, pour cybercriminalité. L’homme aurait alors été recruté par les services secrets américains en tant qu’informateur.

D’après Stephen Watt, pirate et ami d’Albert Gonzalez pour qui il a développé un logiciel malveillant pour l’intrusion dans le réseau de TJX, Albert Gonzalez a perçu un salaire de 75.000 dollars par an versé par les services secrets.

Plusieurs autres cybercriminels ont déjà été appréhendés pour leur participation dans l’affaire TJX. Maksym Yastremskiy, un ukrainien, a été arrêté en août 2007 et condamné en Turquie à 30 ans de prison. En 2007, un jeune homme de 19 ans, Irving Escobar, a écopé de 5 ans de prison ferme. En tout ce sont 11 personnes qui ont été inculpées dans ce piratage et le blanchiment de l’argent dérobé.

Les contenus pour adultes de retour dans l’App Store ?

Lundi 29 mars 2010

Deux nouvelles catégories découvertes dans iTunes laissent penser qu’Apple prépare le retour des applications à contenu explicites pour l’iPhone, l’iPod Touch mais aussi l’iPad.

La rumeur selon laquelle Apple se préparerait à réintroduire les applications à caractère érotique ou sexuel avait émergé en février dernier, juste après le grand ménage qui avait conduit à la suppression de 5000 applications. Elle semble se confirmer avec la découverte faite par le site macstories.net.

Contrôle parental

Celui-ci a déniché deux nouvelles URL qui mènent vers des catégories respectivement intitulées Top Explicit Paid Software et Top Explicit iPad Software. Ce qui signifie que non seulement l’iPhone et l’iPod Touch auront accès à ce genre d’applications pour adultes mais aussi l’iPad.

Rappelons que iTunes intègre un système de contrôle parental qui permet de bloquer l’accès au contenu explicite par le navigateur ou sur l’App Store.

Selon appleinsider.com, la possibilité pour les développeurs de publier du contenu pour adultes pourrait faire émerger une catégorie à succès avec des magazines interactifs, des bandes-dessinées ou encore des jeux. Le tout devant au final s’avérer très lucratif pour Apple qui mettrait de côté sa pudibonderie. (Eureka Presse)

Google submergé par les candidatures pour tester son futur réseau haut débit

Lundi 29 mars 2010

Le processus d’appel à candidatures proposé aux municipalités américaines s’est terminé vendredi 26 mars. Google dit avoir reçu 1 100 dossiers qu’il va désormais examiner avant d’annoncer sa liste en fin d’année.

Le projet de Google de proposer un accès Internet très haut débit en fibre optique à domicile (Fiber To The Home ou FTTH) à 1 Gbit/s a suscité un vif intérêt.

Le 10 février dernier, le géant de Mountain View annonçait son intention de déployer un réseau pilote dans un certain nombre de municipalités volontaires avec pour objectif de couvrir 50 000 personnes (et jusqu’à 500 000 à terme). L’appel à candidatures s’est clos vendredi dernier, et d’après Google, le projet a suscité un grand enthousiasme : 1 100 municipalités se sont portées candidates pour recevoir ce réseau et 194 000 personnes ont envoyé des demandes individuelles.

Des villes prennent le nom de Google

Certaines villes n’ont pas hésité à se rebaptiser pour prendre le nom de Google. Le maire de Sarasota (Floride) a même plongé dans un bassin avec des requins (voir la vidéo) pour attirer l’attention sur sa ville. Google va maintenant étudier les dossiers, faire un premier tri puis entamer une tournée sur le terrain avant d’annoncer « la » ou « les » communes qu’il a retenues en fin d’année.

La compagnie n’a pas encore fourni de date précise ni de tarif pour ce service qu’il présente comme expérimental. Mais nul ne doute que le succès du déploiement pourrait l’amener à revoir son ambition à la hausse…